La transsexualité démontre la vigueur du féminisme, le féminisme n’est pas mort! 1


           pseidonia Depuis un certain temps, je navigue sur la toile en regardant d’un œil assez intéressé les débats sur la laïcité. Pour cause ce débat me touche de prêt car en étant transsexuelle, je suis directement visée par ses montées d’intégrisme de par le monde.  Mais outre cette distinction, ce débat démontre une orientation claire envers le débat de l’égalité homme-femme. On craint et à raison de voir s’étioler la place de la femme dans notre société et de voir celle-ci reléguée comme citoyen de seconde zone. Les féministes de tout acabit sortent de leur tanière hivernale en brandissant haut et fort qu’il faut garder l’œil ouvert et ne pas se laisser gagné par ses demandes religieuse. Avant ce clivage sociétaire nous aurions put croire que le féminisme était mort de sa belle mort. Ont entends souvent dans les chaumières, les gens discuter du féminisme comme d’une lointaine époque, où la femme se battait pour faire valoir ses droits. L’époque révolus qu’on évoque à coup d’image en noir et blanc de femmes allant voter pour la première fois. Celle où dans l’imaginaire collectif, qui lançait son soutien gorge en guise de geste d’éclat. On se remémore ses moments tel un guerrier fier d’avoir gagné son combat assis sur la dépouille de ses vaincus. Ont arrive même à croire que le féminisme est une race en voix d’extinction qui ne compte plus que quelques spécimens déchus, qui n’ont désormais plus rien à voir avec ses anciens combattants.  Il suffit de lire un peu partout sur le web, à en croire ses philosophes de l’instantanés, il n’ y a désormais plus d’espèce à protéger, le féminisme est bel et bien mort et disparut. 

 

 

 

La transsexualité démontre la vigueur du féminisme, le féminisme n’est pas mort!

Or le féminisme est encore vivant et je dirais même plus vivant que jamais. Tous savent bien entendus que je suis transsexuelle, pour ceux venant d’arriver et bien pardonnez moi, si ceci est un choc pour vous.  Le fait transsexuel démontre la pertinence du féminisme et pour cause je vis chaque jours des preuves que ce combat est loin d’être mort.

4420219

Beaucoup de femmes et d’hommes se sentent presque outrés lorsqu’une transsexuelle tente de faire du militantisme féminin. Il suffit de lire les commentaires souvent haineux qu’a provoquées Michelle Blanc en se joignant à la cause des Jeanettes.  Certains la taxèrent d’imposteure, d’opportuniste. Comment peut elle ce prétendre féministe alors qu’elle est transsexuelle?

Après tout ce n’est pas une vraie femme elle, qu’on peut lire sur certain blog.

 

110620_2x8zu_michelleblanc21062011_8

Comment peut elle se battre pour le combat des femmes alors qu’elle n’as pas souffert d’en être une, diront certains.

Je pourrais même au premier degré être presque en accord. Car il est vrai que pour une transsexuelle, il peut être fragile de prétendre embrasser le combat des femmes. J’ai toujours eue une certaine gêne lors de discussion endiablées avec des femmes, je gardais un certain éloignement afin de ne pas provoquer l’ire de mes débatteuses sur ma légitimité. J’ai constatée avec éclat aujourd’hui qu’au contraire, je suis la preuve vivante que se combat est encore loin d’être gagné et qu’il faut maintenant plus que jamais garder l’œil ouvert. Car le loup est peut être déjà dans la bergerie bien que le berger se croit protégé, il n’en est rien.

theorie-genre-21

La transsexualité repousse les frontières des normes identitaire.

Les transsexuelles d’homme à femme, plus que le contraire poussent la société dans son dernier retranchement, celui du binarisme sexuelle. Vous savez ce qui semble définir l’homme et la femme outre les caractères dit primaire comme la barbe et les seins? Le genre dit social, celui que l’on apprend, pratique et développe. Une façon de s’habiller, se comporter voir même de pleurer. Ne dit ont pas que les hommes ne pleurs pas? On pourrait aller très loin pour définir le genre social qui est soit dit en passant n’est pas du tout le même en fonction d’où vous pouvez provenir sur cette terre. Le genre social est tout ce qui en dehors des caractères primaire nous indique que nous sommes en présence d’un homme où d’une femme, où plutôt devrais-je dire ce qui nous: LAISSENT CROIRE QUE.

5571379690101

Depuis quelques années l’on voit apparaître de plus en plus ce que les gens appellent la théorie du genre. On veut même d’une certaine façon l’insérer dans les corpus scolaire afin de préparer nous dit ont les jeunes de demain à une société plus mature, plus consciente de sa complexité. Préparer une société qui ne sera plus, nous dit-on emprisonnée dans un binarisme obligé. Un monde où chacun serait libre d’exprimer qui il est. Cette belle utopie est encore assez loin, car les bonzes de cette société craignent un effondrement catastrophique du monde.  Ils suffit pour s’en convaincre de lire ici et là les discours d’eschatologues de salon pour vite se convaincre qu’à cause de nous la société se meurt. La transsexualité et l’homosexualisme est la cause de tout les maux… Drôle de constater qu’aucun, ne semblent avoir mit le doigt sur les réels enjeux susceptible de causer notre perte, tel que: Le capitalisme, l’appât du gain, la dilapidation de nos ressources naturelle,  et j’en passe.

Ce que nous enseigne les gens comme moi.

celebrity-alphanail

Il suffit de voir un homme, ce peindre les ongles en rouge où voir pire mettre une robe pour comprendre que notre société est encore prise dans le carcan du binarisme. Il est aisée pour une femme de naissance d’agir en homme, de se vêtir de vêtement dit neutre voir typiquement masculin sans attirer l’ire de la foule. La société conçois qu’une femme puisse s’émancipée et outrepasser la barrière des genre. Mais c’est exactement là où se cache le loup, tapis au fond prêt à bondir alors que personne ne l’aura vu venir. Pourquoi lorsqu’un homme exprime sa féminité, ce sent t’il diminué? Un homme qui change de sexe pour être une femme serait t’il un être faible? Pourquoi ce jeune garçon qui voudrait seulement qu’on lui laisse le plaisir de jouer avec des poupées devrait t’il être perçu comme faible.

Multiracial Hands Surrounding the Earth Globe

Derrière ces attitudes et réactions enfouis dans notre inconscient collectif, ce cache encore cher lecteur la preuve que nous croyons encore hélas  que la femme est un être faible, nécessitant la protection du plus fort. La femme n’est pas encore complète et est la demi partie de l’homme. Car si par l’expression de sa féminité un homme s’en voit dégradé aux yeux de ses confrères c’est qu’il est bel et bien question d’un jugement de valeur sur la femme face à l’homme. On ne juge pas aussi sévèrement les femmes qui décident d’être dite masculine, on les élèvent presque au titre de fière combattantes et les met de l’avant dans notre culture en vantant leur mérite d’être dite non conventionnelle.  Le fait de garder sous silence, voir de cacher l’homme qui exprime sa féminité est le jalon qui nous démontre le chemin qu’il nous reste à parcourir.

Féminisme1

Le féminisme est encore très vivant, le féminisme évolue, il grandit et avec lui se développe une vision plus large de ce que nous sommes. Le féminisme porte en lui encore de bien nombreuse promesses. Un jours nous regarderont les féministes et pourront nous demander et avec raison ce que voudras dire ce terme ancien depuis longtemps abandonné. On contemplera une société qui aura franchis le pas du comment être pour enfin être.

Aujourd’hui je peut le dire, je suis fière d’être une féministe.


A propos de pseidonia

Une personnalité attachante et d'une candeur rafraichissante. Elle est des plus loyale et prête à s'impliquer pour aider qui appel. Parfois soupe au lait et d'un nature pantouflarde elle peut en l'espace d'un instant devenir l'humoriste de la place J'ai 35 ans je travail comme conseillère aux soutient technique à la clientèle chez Vidéotron et j'enseigne la réanimation cardio respiratoire et le secourisme pour un grand ONG mondial, j'aime l'informatique, le ciné et la vie en général. Le magazinage on s'en sort pas bien sur. J'ai étudiée à l'école George-Vanie à Laval jusqu'a secondaire 4 et à l'école Évariste-Leblanc du 4 au 5. J'ai fait mon diplôme en design de mode à l'institut supérieur de design de mode de montréal. Bref je crois que j'ai fais le tour un peu de qui je suis ahh oui c vrai bienvenus et je suis heureuse de vous revoir xxx

Commentaires

  1. […] La transsexualité démontre la vigueur du féminisme, le féminisme n’est pas mort! […]