Ce soir je regarde mon intérieur

pourquoi-donner-410

Ce soir je regarde mon intérieur, il le faut bien car la aussi la poussière s’y accumule. Les images défilent montrant mes craintes, mes aspirations ainsi que ma honte, et non je n’en suis pas dépourvut. Vous savez quand vous avez mené le combat que j’ai du faire pour me rendre à la découverte de mon centre. J’ai apprise bien des choses sur moi-même d’abord et ensuite sur les gens. J’étais une personne très aigris étant jeune, plutôt renfermée. Je ne disposais pas d’une intelligence social, j’étais pas très populaire vous vous en doutez bien que cela ce soit légèrement amélioré vers le milieu du secondaire. On venais pas de manière naturel à moi, on me découvrait par hasard en marchant si et la pour finalement me trouver et commencer à m’apprécier. Les personnes comme moi son des éternelles imparfaites, toujours ont cherche à s’améliorer et être meilleur dans ceci ou cela. Cela va même je l’avouerais jusqu’à parfois perdre l’essence des choses. Ma vie à été centrer dans les dix dernières années à être moi même de plus en plus et je dois dire que j’en suis assez fière. On dit souvent que je suis une personne très authentique ce qui à première vu est assez vrai mais qui toutefois laisse place à encore certaines futilités qui se doivent d’être corrigés. Effectivement j’entends certains dirent en ce moment, “Mais tu rationalise encore trop”. Je ne peux faire autrement que vous donnez raison. Ces 10 dernières années ont été pour moi la naissance physique de ma personnalité social. Vous savez nous avons plusieurs facettes en nous, une social, émotive, etc. J’ai mis de côté mon côté émotif par crainte, par protection par utilité.

1913363

J’ai adoptée une attitude fonceuse, revendicatrice à la limite guerrière les dernières années et ce trop souvent par peur de montrer mes faiblesses, par peur de montrer que j’étais dépassée. Vous savez je crains encore quand je sort en publique d’être démasquée, pointée du doigt ou même prit à partis. Ce qui vous pousse surement aussi dans la logique implacable du: pourquoi vis tout cela de manière publique?  Tout simplement parce que je crois que c’est la seule façon que je peux utiliser afin de dépasser mes peurs. J’ai terriblement peur de l’intimité vous savez? Pas que j’aille plus qu’une autre personne de sombre secret en fait, je suis assez plate côté secret même, mais plutôt par mon incapacité à laissée allez les choses. J’ai cette crainte presque panique de décevoir, de mal faire les choses, je parles toujours dans l’intimité et pas seulement l’intimité amoureuse, mais aussi l’intimité amical. Je suis de manière assez général très sensitive au niveau des émotions des gens et j’arrivent assez bien, même que certains vous diront que parfois cela les déstabilisent. J’arrive à les comprendre de manière très très intime. Par contre dès que ma sphère d’intimité est pénétré, j’en perd mes repères. Je ne dispose plus des bons détecteurs ou ceux-ci ce trouvent tellement impliqués émotionnellement que  j’en perds la vu, de façon figurative. Je deviens aveugle et ne dispose plus du dictionnaire qui me permet de traduire mon environnement. J’ai pour éviter de me retrouver en terrain inconnus utilisée maintes et maintes tactiques, allant de la solitude presque voulut, à l’implication presque abusive dans des projets dit caritatifs.

darwin2

Mon environnement à changé depuis, ne dis t’on pas que l’environnement est ce qui crée la créature? Je suis entourée de gens merveilleux au travail, dans la vie de tout les jours et cette environnement est particulièrement épanouissant sur tout les niveaux. Bien sur que cette environnement n’est pas parfais, qu’il y existe tout comme ailleurs ces petits travers, mais je puis dire que ceux-ci sont pâles en comparaison de bien d’autre au Québec et ce sans parler d’ailleurs sur cette planète. Mon microcosme de tout les jours est doté de plusieurs des caractéristiques qui en font selon moi un milieu presque idéal. Certaines règles quasi sacré de respect, d’entraide et de communication. On en vient à les y utiliser comme une seconde nature ou presque. Dans le milieu ou j’évolue on utilise énormément la psychologie humaine, la pédagogie, les connaissances techniques et tout cela dans le but d’aider quelqu’un à partir d’un point A vers un point B en ayant un tant soit peu conscience des particularités de chacun. De plus nous devons vivre avec une certaines dose de négativité, de stress de performance etc. Cela fait de nous des gens assez singulier je dois l’admettre. L’impression d’être entourée de gens de même nature est déroutante. Les capacités et qualité requise pour parfaire notre travail sont très pointus ce qui limite par le fait même le type de personnalité s’y trouvant. Je me garde bien sur de ne pas dire que tous sommes pareil. Je parle de trait généraux de caractère, ou de capacités d’ordre général et ses traits sont plutôt assez également distribué dans ce microcosme.

-46-.JPG

Cet environnement est pour moi un idéal longtemps rêvée et inespérée. Je suis en ce moment placée devant ces barrières de protections que j’ai trop longtemps, entretenus, façonnés afin de me protéger du monde extérieur. Cette muraille belle et longue à servis d’étai pour la clé de voûte que je suis. Mais nul clé de voûte, n’a de réelle grandeur encombré de son étai. L’artiste sait qu’il doit la démantelé, mais ce n’est pas sans nervosité qu’il retirera chacune des parties en craignant chaque fois l’effondrement totale.   Bien j’en suis la, ce soir, à contempler cet étai qui m’a longuement servis mais qui malheureusement ce doit de partir. Je dois apprendre à m’ouvrir à l’inconnus, à accepter la déception, à vouloir vivre ces petits moment d’intense incertitudes qui viennent colorer nos vies. Pour vous c’est surement très simple, en fait probablement que vous ne savez même pas y faire sans, un peu comme demander d’expliquer la marche, un réflexe inconscient à un ingénieur qui du bout de son papier tentera de marcher après avoir bien lut ses notes. Je dois laisser de côté mes notes, commencer à faire confiance à autrui, me laisser porter par le moment sans chercher à comprendre le lendemain. 2013 en sera la direction, que j’aimerais donner à qui je suis. Ainsi un peu plus respecter qui je suis.

Je vous souhaite à tous et à toutes une merveilleuse années. Ne lâchez pas, vous m’influencées beaucoup plus que vous ne pouvez le croire et chacun d’entre vous, au travail, sur le net à la maison restés pour moi une source intarissable d”encouragement au dépassement de soi.

Je vous aiment xxxx.